Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 17:36

Il y a 6 mois et demi j'apprenais que ma grossesse était (déjà) terminée. Je n'oublierai jamais ce que j'ai ressenti ce jeudi 14 mars dans le bureau de ma gynéco. Ce n'est pas un coup de massue que j'ai pris, c'est une tonne de massue ! Une semaine après, on me vidait l'utérus par un curetage. Les premières semaines, beaucoup de personnes étaient aux petits soins et on me demandait si ça allait. Pendant des mois j'ai menti en disant que oui ça allait. Bien sûr que non que ça n'allait pas ! Je venais de perdre mon bébé alors que ça faisait un an et demi qu'on essayait. On ne se remet pas d'une fausse-couche comme on se remet d'une opération des amygdales. Il y a toute une part psychologique qui est très difficile à vivre.fl3lqk0r.jpg

Aujourd'hui, tout le monde a repris le cours normal de sa vie et, pour presque tout le monde, la fausse-couche parait loin. C'était il y a longtemps. Non, c'était il y a 6 mois et demi ! Ce n'était pas il y a longtemps et ce n'est pas du passé ! Bien au contraire, c'est bien du présent. Au jour d'aujourd'hui, je devrais ressembler à une baleine, préparer ma valise de maternité et finir les dernières touches de déco dans la chambre de Babychou car je devrais accoucher dans une petite dizaine de jours. Sauf que je n'ai rien de tout ça. Je peux comprendre que les gens passent à autre chose, c'est normal, il faut avancer. Mon mari aussi passe à autre chose. Quand je lui dis que je redoute le 18 octobre, il me dit "pourquoi?". Bien, peut-être parce que j'aurai dû accoucher ce jour-là. Je ne lui en veux pas, un homme vit différemment ces choses là.

Après ma fausse-couche, j'ai tout de suite pensé à ce fameaux vendredi 18 octobre. Je me suis dit qu'il fallait que je tombe enceinte avant et que c'était loin donc j'avais encore le temps. Mais, le temps passe vite, très vite et nous y sommes presque à ce jour tant redouté.

Je sais que ça va être une journée pourrie. Je vais certainement pleurer. Sûrement même. Cela me fait mal au plus profond de moi car je me dis que je ne suis pas capable de faire un bébé sans aide et, quand j'en ai un, je ne suis même pas capable de le garder !!! Tout ça est très difficile à vivre et je sais que la page sera tournée quand j'aurai mon bébé dans mes bras. Une grossesse m'aidera à tourner la page mais je sais qu'un test positif ne veut pas dire une grossesse qui aboutira.

C'est dur de se dire que l'on a aucune prise là-dessus. On ne décide de rien du tout. On est complètement démuni. J'espère avoir un beau test positif avant Noël. Je pense que je suis presque prête à aller en FIV. Il m'aura fallu presque deux mois pour accepter l'idée. On va retenter une dernière IAC puis, après avoir posé mes nombreuses questions à la gynéco, je pense qu'on passera au FIV. Nouvelle technique donc nouveaux espoirs. On a commencé les IAC en décembre 2012 et on commencera les FIV en décembre 2013 (si pas de grossesse d'ici là). J'ai hâte que ce cauchemar de la conception se termine!

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 17:05

Le 19 avril, j'ai commencé mon premier cycle post-curetage. Ma gynécologue m'avait dit que j'aurai sans doute des règles plus douloureuse et plus abondantes que d'habitude mais qu'il ne fallait pas s'inquiéter. Et bien, ça a été le contraire. Elles ont été beaucoup moins abondantes que d'habitude par contre, beaucoup plus douloureuses !

désir bb

J'ai pris Clomid du J3 au J7 comme d'habitude. Pour ce cycle-ci, on a décidé de ne faire aucun contrôle par écho ou PDS. On laisse faire les choses.  Pour ne pas trop être déçue, je me dis que l'on partira en IAC fin mai. Dans ma tête, j'en suis convaincue. Ce cycle-ci, c'est un cycle de reprise en main on va dire. 

Je dois dire que ça fait mal au moral de revoir les règles revenir. Je pensais que les essais étaient loin derrière nous et puis non. Je dois dire que là, j'arrive dans une phase de très grande impatience. J'en ai marre, royalement marre d'attendre. Au mois de juin, cela fera deux ans que nous sommes en essai (même s'il faut enlever 3 mois pour la grossesse et le curetage). Je pense que les femmes qui ne sont pas allées en PMA ne peuvent pas comprendre. C'est vraiment dur. Puis les gens ne savent pas trop quoi dire alors ils disent des phrases que l'on ne supporte plus du genre "c'est dans ta tête" (Heu non, je sais que j'ai un souci), "tu y penses trop!" (au bout de deux ans oui forcément on y pense un peu plus qu'au bout d'un mois), "vous êtes jeunes" (c'est sûr, nous n'avons pas 60 ans mais niveau fertilité, nous ne sommes plus si jeunes que ça), "sois patiente, ça va venir" (oui mais quand ????)... Le plus dur et de voir tous ces bébés conçus après le début de nos essais et déjà dans les bras de leurs parents. J'ai dépassé les 30 annonces de grossesses ou d'accouchements depuis que nous avons commencé ce projet bébé.

Je sais qu'il faut positiver et avancer mais c'est vraiment difficile. J'ai tellement envie que ce bébé s'installe et qu'il reste bien accroché pendant les 9 mois de la grossesse. On ne peut rien décider puisque l'on a aucun contrôle mais j'espère sincèrement tomber enceinte avant mon anniversaire (le 20 juillet). J'ai appelé le labo et ils ferment le 15 juillet pour les vacances. On pourra donc faire deux IAC avant leur fermeture. Si jamais ça ne prend pas, on partira en FIV en août.

J'ai tellement envie de retrouver ce sentiment de victoire sur la vie, sur la nature. Dire à cette foutue Dame Nature "tu nous as mis des bâtons dans les roues mais on a finalement réussi à l'avoir notre bébé!", c'est horrible de se dire que l'on n'est même pas capable de faire un bébé. Je sais que je peux tomber enceinte puisque ça a marché une première fois mais ce sentiment d'incapacité me reprend. Il est moins fort bien sûr mais il est là.Puis, à lui, se joint un sentiment de stagner. Je vois des tas de femmes tomber enceinte dans mon entourage, certaines qui ont même commencé les essais bien après moi et elles ont leur bébé ou bientôt à terme. Et moi, je suis toujours là, à attendre. C'est quand mon tour ? C'est quand je vais pouvoir aller dans des magasins de puériculture ? C'est quand que je vais pouvoir mettre en valeur mon ventre ? C'est quand que je vais pouvoir voir un bébé ou une femme enceinte sans avoir un sentiment de tristesse et jalousie ? C'est quand que je vais enfin réaliser mon rêve le plus cher ?

Si jamais vous voyez une cigogne rôder dans vos alentours, vous pouvez me l'envoyer ;) Les mamans, vous pouvez aussi me prêter la vôtre, je ne vous l'emprunte que 9 mois, après je vous la rends :)

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 11:07

Hier, j'ai eu mon rdv chez ma gynéco. Elle m'a demandé comment j'allais physiquement et moralement et si ça avait été au travail (je n'ai pas retravaillé depuis 1 mois car j'ai eu 15jours d'arrêts et après j'avais 15jours de vacances scolaires). Je continue d'affirmer que j'ai une gynéco en or ! Elle m'a dit qu'elle avait eu les résultats de l'analyse de la fausse-couche et que l'on ne sait pas ce qui s'est passé (comme dans 99% des cas). C'est juste la faute à pas de chance. Je ne suis toujours pas immunisée ni contre la toxo ni contre le CMV.

 

  desir-copie-2.jpg

 

Ensuite, on a fait l'écho. Les ovaires sont bien au repos et la muqueuse dans l'utérus est épaisse et très bien. En gros, tout est parfait. Elle a dit que un cycle sans insémination ça suffisait. Cela tombe bien car c'est ce que l'on comptait faire. Dès que mes règles arrivent (rapidement j'espère), on commence un cycle avec clomid car ça régule mon cycle et je peux cibler mon ovulation. Sans clomid, je n'ovule pas bien donc ça serait vraiment perdre un cycle et je n'ai pas envie. Puis, sans clomid, j'ai des cycles longs et c'est me stresser à partir du 40ème jour et faire des tests de grossesse tous les 2 jours. J'en ai un peu assez de renflouer les caisses des fabriquants de tests ^^ .Au moins, avec le clomid, je sais que je dois avoir plus ou moins un cycle de 28 jours.
On reprendra les inséminations avec le cycle de mai. On aura donc mai et juin et on aura fait nos 3 IAC. On s'était donnée trois chances. Après, ça sera la FIV. En juillet, le labo ferme tout le mois donc pas d'insémination possible. Alors, je croise les doigts pour que les IAC fonctionnent (si possible, celle de mai). Comme m'a dit ma gynéco, ça a pris une fois donc il n'y a pas de raison pour que ça ne reprenne pas :) Il n'y a plus qu'à attendre (de nouveau) et croiser les doigts (encore) :)

 

Lundi, je reprends le travail. Les vacances sont finies. Je vais devoir expliquer à mes grands que j'ai la fin de la semaine pourquoi j'ai été absente. Je leur avais dit que j'étais enceinte. Je me sens capable de retourner dans une classe rempli d'enfants. Ce qui n'était pas le cas il y a encore une semaine et demie.

 

Croisons les doigts pour qu'il n'y ait pas trop de cycles post curetage :)

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 20:20

Voilà presque deux semaines que mon curetage a été fait.

 

tourner-la-page

 

Les trois ou quatre jours qui ont suivis, je zonais chez moi. Un vrai zombie. Sans doute le contre coup de l'anesthésie générale. Je n'ai jamais autant dormi et j'étais très fatiguée. La gynécologue m'avait dit que les symptômes de grossesses persisteraient pendant une quinzaine de jours. La fatigue était mon plus gros symptôme et je l'ai encore pas mal ressenti après le curetage.

 

Au jour d'aujourd'hui, tous les symptômes ont quasiment disparu. Je pense que mon taux Hcg a du bien redescendre. Je ne me sens plus enceinte bien qu'il m'arrive encore de poser la main sur mon ventre. J'ai eu quelques douleurs dans l'utérus. Elles sont vraiment horribles ces douleurs. A certains moments, je me sentais comme vide, je ressentais le vide qu'il y avait en moi. J'espère pouvoir vite le combler.

 

Comme je l'avais dit précédemment. Nous reprendrons les inséminations qu'en juillet. En effet, je dois faire un ou deux contrôles échographiques pour la stimulation (donc 1h de retard au travail le matin) et il faut compter une demi-journée pour l'insémination. Ma directrice a été très compréhensive au début (octobre, novembre) mais après je voyais bien que ça l'agaçait. Comme j'ai été absente 15 jours à cause de ma fausse-couche, je me dis qu'il ne faut peut-être pas tirer sur la corde. Surtout que je ne suis pas nommée et j'aimerai bien avoir du travail à la rentrée. Puis les mois de mai et juin sont toujours speed avec la fin d'année et les examens donc ça me permettra de penser à autre chose.

 

Moins penser à notre Babychou va être difficile surtout que j'ai pas mal de femmes enceintes dans mon entourage (à commencer par ma collègue ! Je vais d'ailleurs essayer d'avoir son congé maternité pour avoir du boulot pour minimum 4 mois assuré). Avoir des cycles naturels, cela va nous permettre de nous retrouver aussi avec mon mari. Se dire qu'à J12 il y avait de gros follicules donc on déclenche l'ovulation à J13 et c'est rapports obligatoires à J12, J13 et J14, ça met une pression monstre. On va laisser la pression de côté et se reconcentrer sur notre couple.

 

Comme je l'avais dit, je pense que la page sera définitivement tourner quand je retomberai enceinte. C'est hyper frustrant de revenir à la case départ sans passer par la case "bébé dans nos bras". D'ailleurs, pour le moment, je ne supporte plus d'être en contact avec des bébés ou des enfants en bas-âge. Je pensais que moralement ça allait mieux mais, durant ma semaine d'arrêt, j'ai bien vu que non. Je pleure encore quand j'y pense trop longtemps.

 

J'ai un rdv chez ma gynéco la semaine prochaine. Je viendrai pour mettre des nouvelles mais après je serai un peu plus discrète pour pouvoir prendre mon recul nécessaire. Je continuerai néanmois à passer sur vos blogs :)

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 18:55

Vendredi matin, c'était le "grand" jour. Nous sommes partis et j'étais toute anxieuse. D'un côté j'avais hâte que ça se termine et de l'autre, je ne voulais pas y aller.curetage-155212_L.jpg

 

Je suis arrivée à l'hôpital vers 9h45, le temps de faire l'admission j'étais dans ma chambre vers 10h20 je pense. L'infirmière me demande de mettre la blouse (horrible) de l'hôpital mais je lui dis que je dois avoir un contrôle échographique. Elle téléphone à ma gynéco et, en effet, je dois bien descendre pour une écho.


Ma gynéco, toujours aussi géniale, me fait l'écho. Le sac est toujours là. Comparé à la semaine dernière, il est plus petit. Mes ovaires gauches sont toujours gros ( 6cm contre 8cm il y a un mois). Normalement, ça va se résorber. La gynéco nous explique l'après opération. Je dois prendre une pilule pendant un mois (pas celle que je prenais avant les essais) pour que la muqueuse vaginale se reforme. Ensuite, c'est à nous de voir si on reprend les stimulations tout de suite où si on laisse passez un ou deux cycles naturellement. Elle me dit qu'il ne faut pas que je m'inquiète que ce sera bien elle qui m'opèrera. On la prévient quand j'entre au bloc et elle sait qu'elle a encore environ 15min et, comme elle est en consultation, ça arrive qu'elle descende au dernier moment. Elle me prévient donc que quand elle descendra je serai sans doute endormie mais que c'est bien elle qui opère. Elle me dit que l'opération se fera vers 12h30 (au lieu de 13h30). Elle me met en arrêt toute la semaine prochaine car il faudra que je récupère de l'opération et, moralement, je ne me sens pas capable de retourner dans une classe.


Je remonte dans la chambre, je me change et l'infirmière vient me prendre ma tension (très basse puisqu'elle était à 9) et vérifier les informations du dossier. Et là elle me dit que l'opération aura lieu à 14h!!! Ils ne sont pas raccord ! A 11h30, on me donne des médicaments pour être relax (ça n'a strictement rien fait !!!)


Finalement, vers 11h40 on vient me chercher, l'opération d'avant a été plus vite que prévu. Je n'avais plus de montre et il n'y avait pas d'horloge donc je ne sais absolument pas combien de temps il s'est passé entre le moment où j'ai quitté la chambre et le moment où je suis rentrée au bloc. Pour la préparation, je suis tombée sur une infirmière super gentille qui avait elle aussi subi un curetage donc elle comprenait ma douleur. L'anesthésiste est venu me chercher et direction le bloc. Il faisait super froid, je grelottais ! Je ne bougeais pas la tête car je ne voulais rien voir des instruments qu'il y avait autour de moi. Il m'a mis une perfusion (enfin l'aiguille) dans la main et m'a endormi. Il a injecté le produit et il m'a dit "l'infirmière va vous mettre le masque mais c'est de l'oxygène, c'est ça qui endort(en me montrant la piqûre), vous devez déjà sentir que ça commence". En effet, j'avais les oreilles qui se bouchaient comme quand on va sous l'eau. J'ai respiré deux fois dans le masque puis trou noir jusqu'à la salle de réveil. Comme ma gynéco me l'avait dit, je ne l'ai pas vu avant l'opération.


Une fois réveillée, les infirmières me demandaient si ça allait et si j'avais mal. J'avais très mal au niveau des ovaires, elles m'ont donné un anti-douleur qui a fait effet une dizaine de minutes après. Miraculeux ce médicament, je n'ai plus du tout eu mal de toute la journée. Puis ma gynéco est venue en vitesse, elle m'a dit que tout s'était bien passé et que je n'avais pas beaucoup saigné. Comme elle me l'avait dit le matin dans son cabinet, elle ne pourrait pas venir me voir avant ma sortie car elle allait sur une opération qui durait 3h. Elle a été super gentille et elle s'est mise à côté de moi, pas au pied du lit comme beaucoup de médecin.


J'ai mis du temps à émerger, je pense être resté maximum 30min en salle de réveil. Je luttais un peu pour ne pas me rendormir. J'ai mis quelques minutes pour être bien éveillée. Vers 14h, on me remontait dans ma chambre où je retrouvais mon mari. Je devais attendre 1h pour avoir à manger et à boire. A 14h50, on m'apporte un petit verre d'eau, c'est toujours ça ! Puis vers 15h30, je mange enfin !!!! Vers 17h10, l'infirmière m'aide à aller aux toilettes, si tout se passe bien , je pourrais sortir. Comme je l'avais senti, j'ai beaucoup beaucoup saigné. Dans les toilettes, grosse chute de tensions. Je m'écroule sur le sol et j'appelle mon mari. Il appelle l'infirmière et je m'allonge sur le lit quelques minutes. L'infirmière augmente la vitesse de la perfusion et je reprends mes esprits. Environ 15 min après ça va mieux. L'infirmière m'enlève la perfusion (ça m'a d'ailleurs fait super mal),je me lève en douceur, m'habille, me lave un peu pour enlever toute l'iso-bétadine que j'ai partout et on descend. Le soir, encore sous le coup de l'opération, je m'endors comme une masse.


Aujourd'hui, je sens que je suis encore faible et je suis très fatiguée mais ça va. En tout cas physiquement. Moralement, j'ai encore mal. J'ai énormément de mal à me dire qu'il n'y a plus rien dans mon utérus, que je ne suis plus enceinte. Je suis retombée sur le journal de grossesse que j'avais commencé à écrire. J'ai eu les larmes aux yeux et j'ai vite arrêter de le lire avant de me mettre à pleurer. Je ne vais pas le garder mais je ne suis pas encore prête à le jeter.


J'espère vite tourner la page et espérons que je retombe rapidement enceinte. Le cycle après la pilule, on se le laisse pour laisser passer. On essaira naturellement. On verra si on essaie naturellement un autre cycle sinon, on reprendra le chemin des inséminations. On s'était donné 3 chances d'IAC, il nous en reste deux.

PS: désolé pour ce grand roman et bravo à celles qui auront tout lu ^_^

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 09:18

Moralement, je vais un peu mieux. On accuse le coup. On se dit qu'il vaut mieux ça maintenant qu'à 5 mois de grossesse ou d'avoir un enfant malformé. curetage-2-160018_L-copie-1.jpg

 

Jeudi, on va à mon rendez-vous. On doit faire l'échographie de datation. On a hâte tous les deux. La gynéco nous reçoit et examine mon col. Elle me dit que c'est du béton et qu'il est super bien fermé. Ensuite, elle me propose de faire l'écho tout de suite pour rassurer tout le monde et qu'on papotera après. Et là, ça a été le coup de massue. Rien à l'écho à part un grand sac vide. On distinguait une fine bulle mais pas de bébé. C'est une grossesse non évolutive donc une fausse couche. Je suis dévastée mais je reste courageuse dans le bureau de la gynéco et je ne pleure pas. Elle m'explique les différentes solutions : expulsion naturelle, expulsion avec l'aide de comprimés vaginaux ou curetage. On opte pour l'expulsion avec comprimés. J'écoute la marche à suivre et on sort. Je marche vite pour aller à la voiture et, une fois assise, je ne retiens plus mes larmes. Mon mari me serre dans ses bras et craque un peu aussi mais reste fort pour moi. Une fois à la maison, je file me changer (j'étais en jupe) et mettre quelque chose de plus confortable. Quand je redescends, mon mari est assis sur le canapé et se met à pleurer quand j'arrive. On a pleuré (surtout moi) une bonne partie de la soirée.


Vendredi, j'ai pris 4 comprimés en deux fois pour dilater le col et expulser le sac. Les deux premiers n'ont rien fait à part me donner de violentes douleurs. J'ai eu énormément de mal à les mettre car j'étais super crispée. Après les avoir mis, quand on sait à quoi ils vont servir, j'ai été me recoucher et je n'ai pas pu retenir mes larmes. Les deux suivants ont bien fonctionné. J'ai beaucoup beaucoup saigné. Une fois aux toilettes, j'ai senti comme un oeuf sortir. J'ai appelé ma gynéco qui m'a dit de venir pour un contrôle d'échographie. Malheureusement, on a vu que le sac était toujours bien là. Il était déjà 18h donc ça faisait tard pour un curetage car elle n'était pas sûre qu'un anesthésiste soit là. Elle m'a donc remis deux comprimés juste devant le col. Ces comprimés n'ont rien fait du tout. J'ai attendu tout le week-end mais rien à part quelques pertes marrons. J'ai donc appelé ma directrice pour annuler ma classe de mer.


Le lundi, je téléphone à ma gynéco pour lui donner des nouvelles. Elle me dit que l'on va alors programmer un curetage. Comme je n'ai pas de grands saignements, ce n'est pas une urgence médicale. Elle me place le vendredi à 13h30. Je dois être à l'hôpital pour 9h30 et, normalement, je pourrai sortir en fin de journée. Comme c'est une anesthésie générale, j'ai vu l'anesthésiste hier et tout s'est bien déroulé. L'acte en lui-même dure une dizaine de minutes et je serai endormie maximum 45min. D'ici vendredi, il y a encore un risque que j'expulse naturellement. Vu comme c'est hyper douloureux, je ne le souhaite pas. J'ai vraiment eu très mal vendredi.


Au jour d'aujourd'hui, ce qui me fait mal, c'est qu'on a eu 18 mois d'essais, ça marche à la 1ère IAC, on a presque 2 mois d'espoirs et de rêves (j'étais enceinte de 7 semaines) et en 10 minutes tout sera terminé.


J'ai lu sur internet qu'après un curetage il faut attendre le retour de couche et deux cycles avant de reprendre les essais. J'ai des cycles longs donc j'ai compté un retour de couche et des cycles de 40jours ce qui nous fait 4 mois d'attente. On ne pourra sans doute pas recommencer avant le mois d'août. On s'est dit que l'on allait essayer un cycle naturellement avant de reprendre les IAC. Je connais des femmes qui ont été en PMA pour leur 1ère grossesse et la 2ème a pris naturellement et très vite. Puis ça évitera de remettre des hormones tout de suite dans mon corps. On fera sans doute deux IAC puis on passera en FIV. La première IAC aura sans doute lieu en septembre ou octobre, mois où notre bébé aurait dû naître  Il était prévu pour le 18 octobre. Le plus dur c'est aussi de se dire que l'on ne sait pas quand ça va reprendre. On a mis 18mois la première fois, j'espère que ça ne sera pas aussi long. Tout le monde nous dit que l'on est jeune (j'ai presque 25 ans et mon mari bientôt 30) mais je m'en fiche de ça. On a attendu que je termine mes études pour commencer les essais mais ça fait 3 ans que l'envie est là et ça fera deux ans en juin qu'on a commencé les essais !!! On a le temps selon certaines personnes mais j'en ai assez d'attendre ! Evidemment, toutes les personnes qui nous disent ça sont des personnes qui ont des enfants et qui n'ont pas eu de difficultés pour les avoir. Je ne souhaite une fausse couche à personne et aller en PMA, se dire que l'on a besoin de la médecine car on n'est pas capable de faire un bébé c'est très dur à accepter au début.


J'accuse le coup mais je sens parfois que c'est encore à fleur de peau. Heureusement, j'ai un mari super et on a traversé ça ensemble, ça nous a encore plus rapproché.
Puis, le week-end dernier, j'ai pu penser à autre chose car ma maman est venue à la maison. Ma famille habite à 400km de chez moi mais quand j'ai annoncé la nouvelle à ma maman jeudi soir, elle m'a presque tout de suite dit qu'ils arrivaient le lendemain pour passer le week-end avec nous.


J'ai hâte que tout soit fini physiquement pour que l'on puisse tourner la page et avancer. J'espère que la prochaine fois sera la bonne. Comme nous a dit la gynéco, je suis déjà tombée enceinte une fois donc on sait que c'est possible, il ne faut pas perdre espoir, même si ce n'est pas facile.

 

PS: je vous ai fait un pavé, bravo à celle qui sont arrivées au bout

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 09:52

Hier, à l'écho, on a vu que la grossesse n'évoluait pas. C'est une fausse couche. L'aventure s'arrête. Je viendrai en reparler un peu plus tard, là c'est encore un peu tôt.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 08:25

Deux jours après l'insémination, j'ai commencé à avoir des symptômes. L'insémination a eu lieu le mercredi et, le vendredi matin, au réveil, gros vertige. Impossible de me lever. J'ai failli tomber quelques fois !!! J'ai eu des vertiges pendant un petit temps et j'étais très très fatiguée. Nous étions en train de déménager donc j'avais mis ça sur le compte du surmenage (et je ne voulais surtout pas me faire de fausse joie).

 

Durant le premier mois, j'ai donc eu pas mal de vertiges, j'avais super méga faim tout le temps. Il fallait que je mange presque toutes les 2h. J'avais quelques douleurs au niveau du bassin et des ovaires, une grande irritabilité. Mes élèves en ont d'ailleurs fait les frais. Je m'énervais pour un rien alors que je suis plus relax d'habitude. Quelques douleurs dans les seins mais très légères et des nausées. Pas de vomissement mais beaucoup de nausées et parfois violentes au point qu'il faut que je me couche.

 

Je suis actuellement dans mon 2ème mois. Je dois à être à 7 semaines de grossesse (SG) je pense. Les vertiges ont presque disparu. J'en ai encore de temps en temps mais c'est rare. Par contre, j'ai mal dans la poitrine. Il y a des jours où c'est plus douloureux que d'autres mais j'ai mal presque tous les jours. Je suis toujours très fatiguée et très irritable. D'ailleurs, mon mari m'a gentillement fait remarqué que j'étais chiante depuis que je suis enceinte ^^. Je suis aussi très à fleur de peau (les hormones sans doute). Je peux pleurer pour un rien mais je peux aussi m'énerver très très vite.Gingembre.jpg Les nausées m'ont laissée tranquille un petit temps et elles sont revenues. Depuis ce matin, je prends des gélules de gingembre pour les atténuer. En effet, je n'en peux plus. Hier, en plein cours, je me suis sentie vraiment mal. Migraine ophtalmique + nausée très violente (j'étais prête à courir aux toilettes au cas où) + fatigue immense. Quand j'ai emmené les enfants au réfectoire, la dame qui s'occupe des repas m'a dit "oulala mais tu es blanche toi!". C'était la première fois que ça m'arrivait. Après, j'ai eu un mal de tête pas possible. Moi qui n'ai jamais de maux de tête, c'est assez déagréable. D'ailleurs, même après une nuit de sommeil, il n'est pas passé. Il est atténué mais il est toujours là.

 

Je pense aussi que c'est lié à la fatigue. J'ai pas mal de boulot en ce moment et je tire un peu sur la corde. Si je m'écoutais, à 20h je serai au lit. Cette nuit, j'ai dormi quasiment 8h30 et pourtant j'ai eu un mal fou à me lever ce matin. J'ai tout le temps envie de dormir ou tout du moins d'être allongée et de me reposer.

J'ai de plus en plus de mal à aller travailler. Pas parce que je n'aime pas mon travail ça non mais à cause de la fatigue. Dans une semaine, nous partons en classe de mer. J'angoisse déjà pour le retour. A mon avis, je serai épuisée, limite à ramper par terre ^^. Ma collègue (enceinte aussi mais elle a 2 mois d'avance sur moi) et elle aussi très fatiguée et m'a dit que si elle ne se sentait pas capable de reprendre au retour de classe de mer, elle prendrait une semaine de maladie. Je pense que je le ferai aussi. Il en va de la santé de mon bébé. Surtout que je n'ai pas encore éliminé les risques de fausses-couches donc ça ne sert à rien de prendre des risques inutilement.

J'espère sincèrement que la fatigue va s'atténuer car sinon, je ne sais pas comment je vais tenir jusqu'en juin. Surtout que n'importe quel enseignant sait que la période avril-juin n'est pas la plus reposante de l'année avec le programme à boucler, la fête de l'école, les bulletins, les examens ...

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 11:06

J'ai enfin un peu de temps pour écrire. Entre le déménagement, le rangement, la rentrée, mes examens médicaux... je n'ai pas eu beaucoup de temps.

J'ai eu pas mal d'examens (5 prises de sang et 3 échographie) car, après 18 cycles et 19 mois d'essais, j'ai appris le 6 février que j'étais enceinte Enfin une nouvelle aventure commence ! Comme nous connaissons la date de l'insémination, c'est plus facile pour calculer le terme. Le bébé est normalement prévu pour le 18 octobre. C'est à confirmer avec l'échographie de datation qui aura lieu la semaine prochaine.

 

Fin février, j'ai eu ma première échographie où l'on voyait bien un sac embryonnaire et une petite bulle à l'intérieur : notre futur bébé. Il n'y en aurait que un. La gynéco en est sûr à 99% mais c'est à confirmer la semaine prochaine. Comme l'échographie a été faite tôt (6 semaines d'aménorrhée donc sans doute 4 semaines de grossesse), on ne voit pas grand chose.

Echographie-du-21-fevrier.jpg

 

Nous avions attendu un petit peu pour l'annoncer. Je l'ai presque tout de suite dit à mes collègues car je leur avais parlé de mon parcours. Je l'ai dit à ma famille ce week-end quand nous sommes descendus. J'avais fait exprès de choisir le week-end de la fête des grand-mères. Tout le monde est content et il y avait quelques doutes, je m'étais fait un peu griller ^^. Nous l'annonçons à mes beaux-parents aujourd'hui (en espérant qu'ils ne verront pas cet article avant, mais il y a peu de chance).

 

Aujourd'hui, je dois être à 6 semaines de grossesses et, depuis 6 semaines, j'ai pas mal de symptômes : nausées (mais pas de vomissement, heureusement), fatigue, vertiges, douleurs dans la poitrine ... Ce n'est pas toujours évident à gérer mais au moins ça me prouve que Babychou est encore bien là. Je ne suis pas une pessimiste mais jusqu'au trois mois je ne serai pas à 100% tranquille. Surtout que jusque là, je dois vivre zen, relaxée, ne rien porter de lourd, ne pas faire de gestes brusques, ne pas sauter, ne pas danser ... car j'ai trois gros kystes (bénins) du côté gauche qui me font mal quand ils changent de place. Du coup, je dois éviter au maximum de les faire bouger.

 

Voilà pour LA grande nouvelle. 2013 sera une bonne année Avec mon mari, nous sommes bien évidemment très heureux et on commence tout doucement à vraiment réaliser. J'ai quelques kilos en trop donc on ne voit rien pour le moment (et on n'est pas prêt de voir quelque chose). Quand on verra un peu plus à l'écho et que mon ventre s'arrondira je pense que là ça deviendra plus concret.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans Grossesse (non aboutie)
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de quandlacigognepasse
  • Le blog de quandlacigognepasse
  • : On s'aime depuis février 2005 et nous voulons un bébé depuis juin 2011. Nous ne pensions pas que la route serait si longue ...
  • Contact

Recherche