Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 10:31

Jeudi, j'avais rendez-vous avez ma Super Gynéco. A la base, j'avais pris ce rdv pour faire un frottis car je ne sais jamais quand on doit les faire. Puis, je voulais parler de la suite de la FIV : que fait-on si c'est positif, que fait-on si c'est négatif.

On n'a pas fait de frottis car, en Belgique, il n'est remboursé que tous les trois ans. Comme j'en ai fait un en 2012 et un en 2013 elle m'a dit que ce n'était pas utile. Gyneco-copie-1.jpg

On a fait une écho pour voir un peu l'état de mes ovaires car je lui ai dit que j'avais des douleurs parfois. Elle m'a prévenu que s'il y a grossesse, on ne verrait rien. Je le savais bien. Mes ovaires sont toujours collés l'un à l'autre et j'ai eu assez mal durant l'examen. Je pensais qu'en 15 jours ils auraient repris leur place mais non, toujours pas. Ma gynéco m'a dit qu'on voyait bien les cicatrices (je n'ai rien vu) et qu'il leur fallait du temps pour redevenir "normaux". Du coup, elle nous a dit que si c'est négatif, c'est pour cette raison qu'il faut attendre. Pour que les ovaires se remettent de la stimulation et de la ponction.

Je lui ai demandé de me refaire un peu le topo sur la toxoplasmose et la listériose car, quand on est potentiellement enceinte, on doit faire attention et je me souvenais plus à quoi e devais faire attention. Elle m'a dit que le plus important c'est de ne pas devenir parano.

Pour la suite de la FIV, elle ne savait pas trop. Il fallait qu'elle appelle sa collègue dans le centre FIV. Du coup, on était pas plus avancé en sortant de sa consultation. Comme je devais faire ma prise de sang le lendemain, elle me l'a avancée d'un jour. Elle a dit que ça ne changerait rien. Sur la prescription, elle a rajouté la toxo et le CMV que l'on n'avait pas contrôlé depuis un an. En partant, elle a dit qu'elle nous appellerait dans la journée pour nous donner les résultats et la suite des évènements.

 

Comme je l'ai dit dans l'article précédent, je ne donnerai pas les résultats tout de suite. Dans les deux cas, ça bougera vraiment fin avril/début mai (soit le début d'une nouvelle FIV, soit le passage des 12 semaines de grossesse). Vous aurez donc des nouvelles dans ses environs.

 

Pour le moment, je me prépare à reprendre le travail donc pas mal de boulot en vue ainsi que la fête scolaire à préparer. Je ne vais donc pas avoir beaucoup de temps pour passer ici, je reviens dès que j'ai un peu de temps.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 12:30

Je l'avais déjà dit sur ce blog, on a fait notre première IAC (positive) en début 2013 et on fait notre première FIV en début 2014. J'avais aussi dit que je commençais la stimulation ovarienne le 6 février soit tout pile un an après avoir appris ma grossesse.

L'autre jour, en parlant sur le groupe sur lequel je suis inscrite sur FB, je disais que j'espèrais que ma prise de sang soit positive car, dans 3 semaines, ça fera un an que j'ai eu mon curetage. Cette étape sera plus facile à vivre si je sais que je porte de nouveau la vie. Une femme du groupe m'a alors dit cette jolie phrase : "c'est un signe, c'est ton bébé qui revient".

J'ai trouvé ça tellement joli. Je me suis penchée un peu plus sur les dates et j'ai fait un parallèle entre 2013 et 2014 que voici :

comparatif

 

J'espère que l'on arrive à lire. Alors, je ne crois pas vraiment à tout ça mais c'est assez drôle de voir que les date concordent parfois. Comme je dis dans l'article précédent, les dés sont jetés. Il faut attendre (encore et encore).

Dans une semaine, je reprends le travail. Du coup, je serai un peu moins présente mais j'essairai de venir faire quelques articles :) Je vois ma gynéco jeudi pour un contrôle annuel, je n'aurai pas fait ma prise de sang encore mais je lui parlerai de l'après FIV (positif ou  négatif) pour voir un peu ce que l'on doit faire. Je viendrai vous faire un article sur le compte rendu quelques jours après.

En attendant, je me repose un maximum avant la reprise de l'école.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 16:58

des.jpgEt voilà, les jours de nidation sont passés. Je peux reprendre une vie normale à la cool. Tout est joué dans mon utérus, plus qu'à attendre encore pour savoir si notre petit poussin (c'est comme ça que l'a appelé la gynéco) s'est accroché.

Je suis contente de pouvoir enfin me lever. Je suis restée couchée de lundi après-midi à hier soir en limitant vraiment mes levers mais là j'en avais vraiment marre. Je suis admirative des femmes qui doivent rester alitées car ce n'est pas évident.

Je me lève mais je vis à la cool. Je ne porte rien de lourd et je ne fais pas d'effort. Mon mari est là pour veiller de toute façon. Cela fait bizarre de se dire que tout est joué maintenant, de se dire qu'un petit bébé est peut-être en train de se développer à l'intérieur de moi.. Je continue mes ovules d'utrogestan (de la progestérone) 3 fois par jour par voie vaginale, quel bonheur ! J'ai quelques symptômes (poitrine douloureuse, quelques légères nausées, fatigue un peu plus que d'habitude, quelques vertiges légers) et j'essaie de ne pas m'enflammer car je sais pertinemment que les ovules (et toutes les hormones que j'ai encore en moi) donnent tous ces effets secondaires.

C'est quand même très pervers, ça te donne tous les symptômes d'une grossesse pour finalement te dire "bah non désolé, tu n'es pas enceinte, ce n'est pas encore pour maintenant!".

J'essaie de positiver mais ce n'est pas toujours facile. Je suis partagée entre y croire à fond et ne pas y croire pour ne pas être déçue. J'essaie de me protéger mais je sais que je serai au fond du gouffre si c'est négatif.

Enfin, comme je dis, je prends un jour à la fois, cela suffit amplement :)

 

La semaine prochaine, je vais peut-être avoir la visite de ma famille, ça va me faire du bien. Puis, je préparerai ma rentrée car je reprends le boulot le 11 mars (après 5 semaines d'arrêt). Je sais que ça va être dur car ce n'est pas évident de reprendre le travail de quelqu'un et surtout de bosser avec des enfants lorsqu'on essaie d'avoir un bébé. Surtout si c'est négatif, cela sera difficile de retourner dans ma classe. C'est de plus en plus dur d'ailleurs. J'ai pu remarquer à quel point je pouvais être sereine durant mon arrêt. C'est bien la preuve que mon boulot me stresse ! Un jour à la fois, on verra bien comment ça se passe :)

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 09:48

Pour ne pas faire un super long roman, je vais essayer de faire un résumé de ces derniers jours.

Fecondation.jpg

Vendredi, à 7h30 nous étions dans la salle d'attente. L'infirmière nous installe dans une chambre, on remplit les papiers, elle me pose ma perfusion et on attend. L'attente est longue car je suis à jeun (et j'ai super faim) et on va dans l'inconnu. Environ 2h après, c'est notre tour. On m'installe sur la table gynécologique. Mon mari, en tenue de chirurgien, vient s'assoir à côté de moi. L'anesthésiste me met la première dose et je sens que je pars. Je ne me souviens plus de rien jusqu'à mon réveil. Je me réveille en fin de matinée. J'ai vraiment très mal aux ovaires et au ventre. L'infirmière me met une perfusion d'anti douleur. Mon mari me dit qu'il y aurait 10 ovocytes donc je suis très contente. Je mange et on m'enlève ma perdusion. La gynéco arrive et me dit qu'on a 11 ovocytes donc on est ravi. Elle nous dit que l'hôpital de Bruxelles nous téléphonera le lendemain pour savoir combien on a d'embryons. Une fois que l'on est prêt, on peut partir. J'ai eu très mal toute l'après-midi et je reste couchée.

 

Le samedi, je peux un peu plus me lever mais les douleurs sont toujours là. J'ai des antibiotiques à prendre pour éviter les infections post ponction et des ovules vaginaux de progestérone à mettre trois fois par jour. Je prends des anti-douleur toutes les 4h. Je n'ai plus mal aux ovaires mais plutôt au niveau de l'estomac et de l'intestin. Bruxelles nous téléphone, on a 6 embryons. Nous sommes très contents car on ne s'attendait pas à en avoir autant. Ils nous attendent lundi à 11h30 pour le transfert.

 

Dimanche, journée à la mer avec un couple d'amis et leur bébé. Une super journée. Je n'ai quasiment plus mal et les anti douleur font bien effet. Cela m'a fait du bien d'être une journée à l'extérieur et ne pas ruminer chez moi pour le lendemain.

 

Lundi, direction Bruxelles. J'ai assez mal au ventre, sans doute le contre coup de la journée de la veille. On nous installe dans une chambre et je passe (encore) une magnifique blouse d'hôpital. La gynéco vient nous expliquer. A ce stade, ls embryons doivent avoir 6-7 cellules. Sur les 6, on en a un qui a tellement de cellules qu'ils ne peuvent plus les compter (stade de morula) et elle nous dit que c'est vraiment super et que c'est celui-là qui sera transféré. Sur les 5 restants, il y a en 3 qui ne se sont pas bien ou assez développés donc on ne peut rien faire. Les deux qui restent ont 6-7 cellules mais ils sont fragmentés ce qui veut dire qu'il y a de grande chance qu'ils ne survivent pas à la décongélation. Du coup, un super embryon transféré et aucune congélation possible. J'étais un peu déçue car ça veut dire qu'on devra tout recommencer si c'est négatif. On nous dit qu'on va venir nous chercher pour le transfert. Je n'ai pas peur car je sais que c'est indolore. L'équipe est vraiment super et on se sent bien entouré. La gynéco transfert délicatement l'embryon, ça chatouille un peu. Ensuite, elle me met mon ovule. On me transfert sur mon lit et me ramène dans la chambre. Je dois rester couchée pendant 1h. Une infirmière vient nous expliquer qu'on doit rester tranquille jusque jeudi car la nidation va se faire pendant ces 4 jours. Elle nous dit que l'embryon se balade un petit peu dans notre utérus jusqu'à temps qu'il trouve un endroit où s'implanter. Du coup, on doit faire attention à tout et surtout éviter tout ce qui pourrait faire travailler le ventre et l'utérus. Comme je suis en arrêt de travail, je pousserai le repos jusque vendredi ou samedi.

 

Cela fait bizarre de me dire que je suis potentiellement enceinte. On attend ça depuis si longtemps que quand ça arrive, on y croit à peine. Pour les inséminations, j'étais aussi potentiellement enceinte mais les spermatos avaient encore du boulot. Ici, le travail est fait, on m'a transféré un début de bébé. C'est un peu bizarre. Maintenant, il n'y a plus qu'à croiser les doigts pour que ce petit embryon s'accroche et se développe bien.

 

Je passerai encore sur le blog mais je ne mettrai pas le résultat de ma prise de sang. Je ne le dirai pas car je sais que des gens de mon entourage passe sur le blog et on ne veut pas dire si c'est positif ou négatif. De toute façon, si c'est positif, on l'annoncera que vers 3 mois donc au mois de mai. Si c'est négatif, il faut attendre 3 mois pour refaire une fiv donc en mai. Je ferai quelques articles d'ici là bien sûr mais rien qui puisse laisser paraître si c'est positif ou négatif.

 

Croisons fort les doigts et restons positifs :)

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 14:18

Lundi, je vais à mon troisième contrôle à l'hôpital très confiante. A l'écho, il y a pas mal de follicules mais il y en a x-miss-ceriise-x20091104193425.jpgbeaucoup qui ne demandent que de grossir. La gynéco pense qu'il serait préférable d'attendre encore un peu puisque le but c'est d'en avoir le maximum possible. Elle me dit que la prise de sang sera décisive selon que mon bilan hormonal est bon ou non. A midi, coup de téléphone, on conitnue les injections et contrôle mercredi.  Je suis déçue car je pensais vraiment avoir ma ponction mercredi.

Les deux dernières injections dans le ventre ont été difficile car j'en avais marre.  Vraiment marre. Puis, je sentais que ça grossissait et commençait à peser lourd dans mes ovaires. J'avais mal. Mardi soir, lors de la dernière injection, j'étais bien déterminée à demander la ponction coûte que coûte car j'avais trop mal.

Le lendemain, on a vu qu'il y avait beaucoup de follicules au-dessus de 16mm donc l'assistante me dit que ça devrait être bon. Je lui dit que j'ai mal et elle me dit que c'est normal car, avec le poids, mes ovaires se sont un peu pliés et se touchent Elle m'a montré à l'écho et en effet, c'est assez impressionnant, ils sont vraiment l'un à côté de l'autre.

A midi, coup de téléphone et on ponctionne vendredi (donc demain) Si mes ovaires ne me faisait pas aussi mal, j'aurai sauté partout dans la maison. Déclenchement de l'ovulation à 22h30 (galère pour trouver une infirmière à cette heure) et donc l'ovulation aura lieu 36h après. Il faut absolument ponctionner avant.

Demain, nous devons être à l'hôpital pour 7h30 et la ponction est prévu à 9h30. Je suis vraiment contente car on avance en FIV et je vais me sentir plus légère du côté de mes ovaires mais j'ai peur. Peur de pas avoir assez d'ovovcytes ou qu'ils soient de mauvaises qualités, peur d'avoir mal, peur que l'on ne puisse pas continuer le processus de la FIV. On ne nous a encore rien dit mais je suppose qu'on aura le transfert lundi ou mardi. En espérant qu'on ait des embryons.

Voilà pour les nouvelles :) Pour le moment, je reste tranquille et un maximum couchée pour ne pas avoir trop mal. Je vous donnerai des nouvelles sans doute dans le week-end car demain soir je risque d'être un peu shooté avec l'anesthésie.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 13:56

MWillow_Piqure.jpgercredi matin, j'ai été à l'hôpital pour mon premier contrôle (écho + prise de sang) suite aux 6 premières injections. Je n'ai pas compté mais il y avait pas mal de follicules dans chaque ovaire entre 5 et 16mm. Ils doivent atteindre la taille de 18 à 24mm pour une ponction. Du coup, la gynéco m'a dit qu'on continuerait certainement jusque vendredi. Elle attendait les résultats de la prise de sang et de fait, on a continué.

 

Ce matin, deuxième contrôle. J'ai un endomètre à 6,4mm, je dois dire que je ne sais pas si c'est bien ou non. Tout ce que je sais, c'est qu'elle a eu du mal à le trouver. L'endomètre c'est la partie de l'utérus où Bébé va se loger. S'il n'est pas assez épais, il ne peut pas y avoir de grossesse. Ensuite, on a compté et mesuré les follicules. Mercredi, c'était la gynéco qui a écrit les mesures et l'assistante qui mesurait. Aujourd'hui, la gynéco a mesuré et moi j'ai noté. Du coup, j'ai pu compter. A droite, j'ai 14 follicules dont la taille varie entre 6 et 18mm. A gauche, j'en ai 9 dont la taille varie entre 6 et 21mm. J'avais senti que ça travaillait et la gynéco m'a dit que j'avais bien senti. Elle m'a dit que pour une ponction, c'est un peu tôt car il n'y a pas beaucoup de follicules mûrs. Elle m'a quand même dit qu'on attendrait le résultat de la prise de sang mais normalement, on continue. Quand l'infirmière a téléphoné, elle a confirmé. On continue les injections avec le même dosage jusque dimanche.

 

Lundi matin, prochain contrôle. Normalement, ce sera le dernier. Si tout va bien, donc s'il n'y a pas d'hyperstimulation, la ponction pourrait avoir lieu mercredi avec un transfert sans doute vendredi. Je ne m'avance pas trop car, dans ce parcours, tout peut s'arrêter à n'importe quel moment. On continue donc les injections et on verra bien lundi :)

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 12:25

Gonal.jpgJeudi, pour la 1ère fois de ma vie, j'ai commencé la stimulation ovarienne par piqûres. L'injection doit se faire entre 18h30 et 20h30. Il s'agit d'une injection de Gonal (voir la photo). Cela se présente sous la forme d'un stylo pré-rempli et d'embout à visser avec les aiguilles. La photo n'est pas mon stylo, le mien est légèrement différent car les doses ne sont pas inscrites comme cela mais s'affichent dans une fenêtre d'affichage. Sinon, c'est tout pareil.

Pour la première fois, j'ai appelé l'infirmière pour qu'elle nous montre. J'ai angoissée toute la journée de jeudi. Les prises de sang, je suis malheureusement habituée mais les piqûres dans le ventre, ça m'angoissaient. L'infirmière est arrivée vers 19h. C'est vraiment tout simple. Elle a pris le stylo, nous a montré comment placer l'aiguille (faut juste visser le petit capuchon et le retirer) et comment sélectionner le dosage (tourner la molette jusqu'à ce que la dose s'affiche dans la fenêtre d'affichage). Rien de bien compliqué. Ensuite, elle pince la peau du ventre, désinfecte et pique. Quand nous avons eu les médicaments à la pharmacie de l'hôpital, la dame nous avait donné une notice. Il est écrit qu'il faut piquer pendant au moins 10sec et, quand on retire l'aiguille, le nombre dans la fenêtre d'affichage doit être revenu à zéro ce qui signifie que la dose a été administrée complètement. Sauf que quand l'infirmière a retiré l'aiguille (au bout de 5 sec à peine), il était écrit "87,5". Et là, elle m'a complètement embrouillée. Je lui dis que ce n'est pas bon et que je n'ai pas eu la dose entière. Elle m'a expliqué qu'elle avait toujours fait comme ça et que "87,5" c'est ce qu'il restait dans le stylo. J'ai une dose de 112,5 et c'était un stylo de 300. Or 300-112,5 ça ne fait pas 87,5 mais 187,5 donc ça ne collait pas. Bref, elle me dit qu'il faut remettre à zéro et que ça doit être bon. Après avoir relu toutes les notices, elle me dit d'appeler le centre FIV au cas où le lendemain mais qu'elle pense que tout est en ordre.

 

Une fois l'infirmière partie, avec mon mari on se rue sur les réseaux sociaux et internet. Je demande dans mon groupe sur facebook si j'ai bien eu la dose. Plusieurs femmes ayant déjà eu le traitement me disent que non. Mon mari trouve des vidéos et on se rend compte que, en effet, je n'ai pas eu la dose complète. Du coup, rebelote, mon mari me pique pour m'administrer les 87,5 unités manquantes. Avec l'infirmière, je n'ai rien senti mais avec mon mari .... j'ai un peu eu mal.

 

Le lendemain, entre 12h30 et 13h30, j'essaie de joindre la permanence PMA. Pas moyen de les avoir. J'arrive à avoir quelqu'un à 13h25. L'infirmière me confirme bien que je n'avais pas la dose complète et que si on a ré-injecté la dose manquante, ça devrait aller.

 

Vendredi, on choisit de faire l'injection vers 19h30 tous les jours. On prépare tout, mon mari est très attentionné pour bien faire. Il prend son temps (un peu trop), tapote pour éviter les bulles d'air, désinfecte bien la zone... Je déteste les aiguilles. Vous nous verriez, un vrai cinéma ! Je suis debout et pince fort le dossier de la chaise en cuir en fermant les yeux. Mon mari, assis devant moi, pique. En fait, ça ne fait pas très mal. On sent l'aiguille rentrer dans la peau et le produit ne fait pas mal. Une fois l'aiguille retirée, là j'ai mal pendant 2-3 minutes puis ça passe. Vendredi, il m'a fait encore un peu mal et hier je n'ai quasi rien senti. Il commence à prendre la main !

 

Avec les injections, trois choses m'angoissaient :

1) D'avoir des bleus sur le ventre dûs aux injections. Pour le moment, je n'ai rien et on alterne le côté de l'injection: un coup à droite et le lendemain à gauche. On voit juste où mon mari a piqué car j'ai des petits points rouges sur les côtés du ventre.

2) Les effets secondaires. Pour le moment, pas grand chose. Ma diététicienne m'avait dit que ce sont des traitements qui affament. Je confirme. Je mangerai bien tout le temps mais, comme je le sais, j'essaie d'être raisonnable.

3) Que le traitement ne fonctionne pas. C'est un nouveau traitement donc je ne sais pas du tout comment mon corps va réagir. Hier, j'ai eu quelques douleurs aux ovaires, j'espère que c'est parce que ça travaille. J'ai hâte d'être à mercredi pour voir à l'écho si les follicules ont effectivement grossi. Je suis un peu stressée car j'ai peur de ne pas répondre correctement au traitement. J'espère être soulagée mercredi à l'échographie.

 

Je sais qu'il ne faut pas trop se projeter mais j'aimerai tellement que vendredi prochain la gynéco me dise que c'est bon et qu'on déclenche samedi soir pour une ponction le lundi 17 février. Ce serait vraiment top car ça voudrait dire un transfert au maximum le 21 février donc un test de grossesse vers le 7 mars. Pas besoin de stresser donc pour aller faire la prise de sang car je serai en vacances.

 

Je suis quand même bien contente d'avoir un arrêt de travail. Cela me permet d'être beaucoup plus relax, d'aller à mes rendez-vous sereinement sans courir sur la route pour arriver à l'heure au travail. Puis, j'occupe un maximum mes journées pour ne pas trop penser au traitement. Je cuisine, je me suis remise au scrap, je fais du rangement et du tri (et il y en a grand besoin), je remets en ordre toutes mes affaires d'école.

 

J'ai encore 3 injections à faire avant le premier contrôle, croisons les doigts pour que tout se passe bien :)

 

Désolée pour le roman que j'ai fait mais je me dis que ça peut aider certaines femmes dans la même situation de tout avoir en détail. Puis ça permet à l'entourage, plus ou moins proche, de savoir ce que l'on vit car, souvent, l'entourage ne se rend pas bien compte.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 10:41

athle_starting_block.jpgHier matin, j'avais rendez-vous pour contrôler que mon injection de décapeptyl avait bien fonctionné.

Quand je suis arrivée dans la salle d'attente, il n'y avait que très peu de monde. Que des femmes (ou presque). On évite les regards, on sait toutes pourquoi on est là. Celles qui sont accompagnées de leur mari viennent, en général, pour un suivi de début de grossesse post FIV (ou IAC).

J'ai commencé par l'écho. En 5 minutes c'était plié. La gynéco a pris les consentements signés et les papiers pour l'anesthésiste et m'a fait l'écho. Mes ovaires sont plein de follicules mais ils sont tout petits donc tout est bien au repos. Elle m'a dit qu'il fallait voir la prise de sang mais que normalement c'est bon. L'infirmière m'a fait la prise de sang (en me faisant assez mal) et m'a dit qu'elle me téléphonerait pendant le temps de midi.

Je sais que la permanence FIV est ouverte entre 12h30 et 13h30. Du coup, je n'ai pas bougé, plantée à côté de mon téléphone en attendant qu'il sonne. L'infirmière m'a appelé à 13h25 !!! Elle m'a dit que je commence comme convenu. Piqûre de Gonal tous les soirs dans le ventre entre 18h30 et 20h30 à partir de jeudi. Une infirmière viendra jeudi pour nous montrer comment faire puis, les jours suivants, ce sera mon mari qui me piquera.

J'ai mon prochain contrôle mercredi 12 février pour voir si la stimulation fonctionne bien.

La machine est vraiment lancée cette fois, impossible de reculer. C'est à la fois très réjouissant et très angoissant. Je suis super heureuse que tout avance et je suis tellement persuadée d'avoir un beau test positif en mars que je ne peux que sourire (et tomber de très haut si c'est négatif). D'un autre côté, j'ai aussi très peur. C'est angoissant tout ce parcours, toutes les étapes qu'il y a à franchir : stimulation, ponction, repos, transfert, repos, attente, test. Mais bon, on va prendre étape par étape et essayer de ne pas trop se projeter.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 17:52

Hier, j'ai eu mon rdv pour avoir mon schéma de traitement. La gynéco qui devait nous voir était malade donc on a vu une de ses collègues. C'est vraiment une super équipe de gynécos. Elles sont trois, j'ai déjà eu les trois lors de mes IAC et elles sont vraiment chouettes. Elles sont à l'écoute, douces, toujours disponibles, c'est vraiment très agréable.

On a d'abord vu une assistante qui nous a posé plein de questions pour faire un peu le point sur les antécédents familiaux chez monsieur et voir un peu le parcours et nos sérologies et examens. Je lui ai dit que j'étais sous pilule actuellement et elle m'a dit qu'il faudrait sans doute continuer un peu. J'ai été un peu déçue car je me suis dit que l'on ne pourrait pas commencer tout de suite.

 

piqure.jpg

Ensuite, on a vu la gynéco. Elle nous a dit qu'une place s'était libérée et on commence donc maintenant Il faut savoir que le suivi doit être très pointilleux donc, les gynécos préfèrent ne pas prendre trop de patiente en même temps pour faire correctement leur travail d'où la liste d'attente. J'étais trop heureuse quand elle m'a dit ça. Je dois faire une injection samedi pour mettre mes ovaires au repos. Ensuite, j'ai un contrôle (écho + prise de sang) début février pour voir si les ovaires sont bien au repos. Si c'est le cas, je commence les injections quotidiennes dans le ventre pour stimuler les ovaires. Quelques jours après, premier contrôle (écho + prise de sang) pour vérifier que je réagis bien au traitement. Ensuite, c'est contrôle tous les 2-3 jours. Comme je suis OPK, je serai suivi de près pour éviter une hyperstimulation. Pour le moment, elle a mis de petites doses, quitte à les ajuster par la suite.

 

La FIV est un traitement au jour le jour. Je ne sais donc pas quand aura lieu la ponction. Je peux prévoir plus ou moins mais je ne sais pas combien de temps durera le traitement (peut-être 10 ou 14 ou 16 jours). Tout dépend comment je réagis aux injections. La ponction se fera quand j'aurai assez de follicules qui auront atteints la bonne taille donc qui seront matures.

 

La ponction se fera sous anesthésie. Je vais prendre des cachets qui vont me shooter complètement en fait et donc je serai anesthésiée. Je respirerai de l'oxygène via le masque et non par un tube. La gynéco m'a dit que mon mari pouvait venir dans la salle de ponction, il n'y a aucun problème. Il sera juste un peu déguisé (blouse, charlotte et protège chaussure).

 

Ensuite, la fécondation aura lieu en laboratoire. Il y a deux types de fécondation. Nous ne savons pas laquelle nous aurons car tout dépendra du spermogramme de mon mari. Normalement, on aura la plus classique (plusieurs spermatozoïdes sont mis au contact de l'ovule et ils doivent le féconder d'eux-même). Après, faut espérer que l'ovule soit fécondé et que la division cellulaire se passe bien pour obtenir des embryons. Pour le transfert, on transfèrera qu'un embryon car c'est la première tentative et j'ai moins de 36 ans. Si tout fonctionne normalement, le transfert devrait avoir lieu fin février début mars je pense. Soit plus ou moins un an après mon curetage. En sortant du rdv, je me suis fait la réflexion que je commence mon traitement FIV le 6 février 2014. Or, le 6 février 2013, j'apprenais que j'étais enceinte. C'est peut-être un signe.

 

La gynéco nous a dit que les chances de réussites pour une FIV se situent entre 35 et 40%. Il faut savoir que pour Madame tout le monde (donc sans problème de fertilité), les chances de grossesse par cycle sont de 25%. On est donc un peu au dessus. Elle m'a rassuré sur le fait qu'il n'y a pas plus de grossesse extra-utérine (GEU) que pour les autres femmes. Elle m'a dit que les femmes qui font des GEU ont souvent des problèmes de trompes. Ce n'est pas mon cas donc aucune raison de s'inquiéter.

 

Nous sommes donc rentrés à la maison avec plein de médicaments, des papiers à lire et compléter et surtout le sourire.

 

Je suis très très très contente de pouvoir commencer aussi vite et j'espère que la première tentative sera la bonne :)

Je vous tiendrai au courant de l'évolution après mon rdv de contrôle le 3 ou le 5 février.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:42

Hier, j'ai eu mon hystérogrphie (ou l'hystérosalpinpographie, c'est la même chose il me semble). C'est un examen qui consite à faire une radio de l'utérus et des trompes. Pour cela, la gynéco place un speculum, ensuite elle met une pince sur le col pour le laisser ouvert puis elle introduit une canule et injecte un produit de contraste. Pendant ce temps, le radiologue prend des "photos".radio.jpg

On m'avait dit que c'était un examen douloureux. Plusieurs femmes racontent leur témoignage et, sur le groupe sur lequel je suis sur facebook, plusieurs femmes ont mal vécu cette examen. J'avais même lu que certaines s'étaient évanouies après l'examen, chose que j'avais du mal à comprendre. Maintenant, je comprends.

J'étais donc assez angoissée. J'avais pris une absence d'un jour pour ne pas aller travailler après. Je passe avec 30min de retard. Ma gynéco arrive et me rappelle que c'est un examen assez désagréable (ce n'est pas le mot que j'aurai choisi). Elle place le spéculum et la pince puis retire le speculum. La pince, c'est désagréable mais ça va. Elle commence à injecter le produit. Au début (les 5 premières secondes) ça va. Puis je suis prise de très violentes douleurs. L'utérus se défend contre ce corps étranger et se contracte. J'ai d'ailleurs dit à mon mari en sortant de l'examen "si les contractions d'un accouchement ressemblent à ça, il est clair que je prendrai la péridurale". La pince qui maintient le col a glissé. Du coup obligé de recommencer. Ma gynéco me dit que je suis courageuse (ai-je le choix ?). Ils ont du mal à voir la perméabilité de la trompe droite, c'est aussi pour ça qu'on le fait une 2ème fois. Je re-souffre, c'est horrible comme douleur. La pince glisse à nouveau. Ma gynéco dit que comme c'est pour une FIV, ils n'ont besoin que de la cavité utérine mais elle préfère avoir l'examen entier au cas où le centre FIV serait pointilleux (et ça éviterait de passer au bloc pour ouvrir et voir si la trompe est bouchée). Du coup, elle s'excuse mais on repart pour une troisième tentative. Je n'en peux plus, j'ai vraiment très mal. Ils n'ont pas totalement la trompe de droite mais on arrête. Ma gynéco me dit que si je saigne beaucoup ou si je fais de la température que je dois revenir à l'hôpital car il y a peut-être quelque chose qui ne va pas. L'assistante me donne une protection hygiénique et je file aux toilettes.L'examen en lui-même a duré je pense 10-15 minutes maximum. En sortant, jai dit à mon mari que la personne qui a inventé cet examen devait haïr prfondément les femmes ! C'est juste de la torture !

J'ai extrêmement mal au ventre. Heureusement que mon mari est là car je n'aurai pas su reprendre la voiture pour rentrer. Il me dépose à la maison et je m'installe dans le canapé avec tout à porter de main (à manger, à boire, occupation). Je suis contente d'être en arrêt car j'aurai été incapable de gérer une classe de 15 enfants de 7 ans ! Je prends un médicament vers 12h30 car les douleurs et contractions sont encore fortes. Il met du temps à faire effet mais ça passe. Vers 15h, j'ai des douleurs dans le ventre dès que je bouge. J'ai l'impression d'avoir une barre dans le ventre ou du ciment, j'ai mal. Je prends ma température, elle est à 38,3° (contre 36,6° en rentrant de l'hôpital). De plus, j'ai des nausées (j'ai quasi rien mangé) et des bouffées de chaleur. Quand mon mari rentre, il me dit qu'on attend un peu et si ça va pas on appèlera la gynéco. On part visiter une maison et je fais une baisse de tension (enfin je pense). Du coup, on s'excuse auprès des gens et on part direct à l'hôpital. Sur la route, mon mari appelle ma gynéco qui nous dit de venir et elle nous prendra tout de suite. Elle fait un toucher vaginal, tout à l'air ok. A l'écho, elle me dit déjà que les ovaires sont bien au repos donc c'est nickel pour commencer la FIV. On voit un truc qui bouge, elle me dit que ce sont les intestins qui réagissent sans doute au produit de contraste. Comme elle dit, ça gargouille un peu de partout. Du coup, elle m'a mis en arrêt aujourd'hui et je suis sous antibiotique pendant 5 jours.Elle en a profité pour me donner le compte rendu complet (le matin elle m'avait juste expliqué très rapidement) pour que je puisse le donner à la gynéco FIV. La cavité utérine (ce qui est le plus important en FIV) est tout à fait normale. Tout est normal à gauche mais, à droite, ils n'ont pas pu voir la perméabilité.

Ce matin, en me levant, ça allait vraiment beaucoup mieux. Je sentais quasi rien. Puis, au bout de 15-20min, voilà que ça me reprend. Je peux dire que ça va mieux qu'hier mais j'ai encore mal et je suis contente de pouvoir être à la maison pour me reposer encore aujourd'hui.

Une chose est sûre, je me souviendrai de cet examen et j'espère n'avoir jamais à le refaire.

Je ne veux pas effrayer les femmes qui devraient le faire, pour certaines ça se passe super bien et elles ne ressentent presque pas de douleur. Ceci est mon expérience mais ça change d'une femme à une autre.

Repost 0
Published by quandlacigognepasse - dans FIV 1
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de quandlacigognepasse
  • Le blog de quandlacigognepasse
  • : On s'aime depuis février 2005 et nous voulons un bébé depuis juin 2011. Nous ne pensions pas que la route serait si longue ...
  • Contact

Recherche